Les collections de tissus Secret et Extrema AU satisfont les critères environnementaux minimum

La réussite des tests de satisfaction des critères environnementaux minimum pour les fournitures de produits textiles constitue une véritable nouveauté pour les collections de tissus Secret et Extrema AU.

Suite à la demande spécifique d’un de ses clients, Flukso a exécuté des tests spécifiques sur les différentes phases de développement de ces deux faux cuirs.

Ce besoin naît de la volonté des producteurs de meubles rembourrés de participer à des appels d’offres ou à des marchés publics exigeant justement ce type de certificats.

 

Critères environnementaux minimum : les fibres composant les tissus.

Notamment, pour obtenir les certificats, les tissus doivent être composés de fibres appartenant au moins à l’une de ces catégories :

fibres naturelles d’origine végétale (coton et autres fibres de cellulose, lin et autres fibres dérivées du raphia) ;

fibres synthétiques, produites à base de polymères synthétiques tels que l’acrylique, l’élasthanne, le polyamide, le polyester et le polypropylène ;

fibres artificielles, obtenues à base de polymères d’origine végétale (cupro, modal, viscose et acétate).

 

Les tissus doivent également être recyclables : en particulier, la composition des fibres dont ils sont constitués doivent garantir leur recyclabilité. À défaut, elles doivent contenir principalement des fibres naturelles.

 

Critères environnementaux minimum : impacts des produits textiles sur l’environnement.

Pour la vérification des critères environnementaux minimum, les impacts des produits textiles sur l’environnement sont également pris en compte.

Les principaux impacts écologiques de la production des fibres dépendent du mélange de fibres composant le tissu.

Par exemple, en ce qui concerne les effets toxiques liés à la production de fibres sur la santé humaine, les effets les plus significatifs sont associés aux processus de production de l’acrylique, suivis de ceux concernant la viscose et le lin. Par contre, en ce qui concerne l’écotoxicité en milieu aquatique, la production du coton est responsable des impacts les plus importants.

Par contre, les impacts liés à la phase de production du tissu résident dans la consommation d’énergie et la pollution de l’eau et de l’air. Ils concernent essentiellement les phases de teinture, les finitions de revêtement fonctionnel et l’impression.

L’intensité des impacts écologiques dépend du nombre ou des caractéristiques des finitions esthétiques et fonctionnelles appliquées à l’article textile.

 

Critères environnementaux minimum : les collections de tissus Secret et Extrema AU réussissent tous les tests.

Les caractéristiques des fibres et de leur mélanges déterminent le profil de « qualité écologique » des produits textiles. Pour cette raison, les tissus des deux collections ont également été soumis à des vérifications approfondies concernant leurs spécifications techniques : des mentions sur l’étiquette à la variation des dimensions durant le nettoyage humide et le séchage. Parmi les caractéristiques techniques examinées figurent également : la solidité des couleurs au lavage à l’eau, la sueur, le frottement humide ou à sec et la lumière artificielle, la résistance des coutures et du tissu aux coupures.

 

Critères environnementaux minimum : conditions de travail tout au long de la chaîne de fourniture.

Enfin, en ce qui concerne les caractéristiques sociales des produits textiles, les collections de tissus Secret et Extrema AU ont également été analysées au niveau de la confection (coupe, couture), la teinture, l’impression et la finition (traitements fonctionnels, finissage).